Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

Misanthropie à part...

Paris, octobre 2015

 

 

"Un jour pourtant un jour viendra, couleur d'orange

Un jour de palme un jour de feuillages au front

Un jour d'épaule nue où les gens s'aimeront

Un jour comme un oiseau sur la plus haute branche "(1)

 

Disait le poète…

Bon, il n’a pas précisé non plus quand ce jour viendrait. Parce que soyons francs…Ce n’est pas demain la veille. Il y a encore du boulot.

 

Pour l’instant, je ne vous aime pas.

 

A part toi,  Hypocrite lecteur, -mon semblable, - mon frère!  (2) et quelques individus qui se compteraient probablement sur les doigts d’une seule main d’un employé de scierie maladroit … je ne vous aime pas, vous dis-je.

Au mieux, les humains m’indiffèrent. Au pire, ils me révulsent. Ce monde m’insupporte. Définitivement.

Dès que je mets le nez au dehors de chez moi, ils sont déjà tous là :

 

Le 4X4 arrogant qui éclabousse le piéton de ses chromes vulgaires, l’énervé klaxonnant la bave aux lèvres ou le livreur bloquant la rue parce qu’il « travaille, lui, monsieur ».

 

Le piéton agressif qui pense que se déplacer sur ses deux pieds l’exonère à jamais du respect du code de la route et qui oscille donc entre cécité et daltonisme dès qu’il croise un feu tricolore.

 

Le vélo insolent qui s’approprie route, rues, trottoirs, chemins, persuadé que son effort physique pour se déplacer doit être récompensé par une dispense définitive du respect des stops et feux rouges ainsi que par un droit inaliénable à emprunter les sens interdits.

 

Les scooters ou les motos qui estiment qu’attendre  sagement 30 secondes derrière un véhicule, respecter les limitations de vitesse ou ne pas être en première position au feu tricolore constituerait une indignité inacceptable. Et puis je crains que le casque, en contrariant le développement de votre cerveau, ne vous empêchent de réfléchir sereinement… : Est-il vraiment indispensable de briser les oreilles de vos congénères (et aussi par la même occasion certaines glandes endocrines des éléments mâles) en traversant Paris dans un boucan d’enfer ? Vos pots apocalyptiques sont-ils réellement nécessaires à votre épanouissement personnel ?

 

Mais même immobiles, je ne vous aime pas. Comment pouvoir supporter…

 

Les vieilles filles aigries qui ressassent leurs frustrations et leurs rêves ratés en se desséchant entre leurs toutous pelés et les plantes rachitiques de leur balcon…

 

Les mères  reproductrices, la matrice en avant, dont les accouchements ont été les seules aventures et qui vous enduisent d’épisiotomies, de péridurales et de couches merdeuses dès lors qu’on leur adresse la parole…

 

Les familles « Foyers clos, portes refermées, possession jalouse du bonheur » (3) qui brisent les yeux clairs des enfants et excluent l’étranger.

 

Ces cadres médiocres préoccupés par leurs revenus en bourse, leurs stocks options, leurs primes, leurs actions, leurs placements, leurs rendements. Leur mépris de classe, leur dédain du faible, leur rejet de la différence…

 

Ces syndicats impuissants qui veulent leur part du gâteau et sont prêts pour cela à toutes les bassesses, compromissions et renoncements

 

Cette gauche qui ne rêve que de devenir riche ou puissante pour opprimer à son tour

Ces bourgeois dominateurs qui ont beaucoup trop d’argent pour leur intelligence

 

Ces religions qui excluent, stigmatisent, dénoncent, rejettent

Vos prêtres pédophiles, vos rabbins belliqueux, vos imams sanguinaires

Le sioniste extrémiste et le palestinien fanatique

 

Ces politiciens de droite frileux qui veulent garder un monde qui se meurt

Ces politiciens de gauche qui veulent leur place dans ce monde qui se meurt

 

L’extrême droite brune qui chasse le chevelu, le noir, le juif ou l’immigré

L’extrême gauche qui barbote dans ses caricatures simplistes, ses désaccords dérisoires et son antisémitisme rampant.

 

Le royaliste méprisant et le révolutionnaire sanguinaire

 

Ces hommes cavaliers, présomptueux, fats, hautains, impertinents,  impudents, insolents, méprisants, orgueilleux, outrecuidants, prétentieux, fiers et suffisants,

Ces femmes intrigantes, hypocrites, futiles, arrogantes, vénales, soumises, sournoises et intéressées,

Leur fierté dégoulinante pour le succès accidentel de l’union de leurs gonades, ces enfants tyranniques, manipulateurs, pleurnichards et morveux, qui leur autoriseront l’inutile autocollant « Bébé à bord » sur la bétaillère dominicale.(4)

 

Et passons sur tous ceux qui ne cessent de s’activer pour rien, de préférence le matin, avec des perceuses hurlantes, des scies sauteuses,  des tondeuses vrombissantes ou des souffleurs de feuilles rugissants.

 

Oh ! Combien je fais mienne cette pensée de Pierre Desproges qui disait  « Je trouve que les riches puent et je sais que les pauvres sentent, que les charcutiers sont dégueulasses et les végétariens lamentables » (5)

 

Bref, je vous hais. Alors que faire ?

 

Changer le monde ? Je n’en ai plus ni le souhait, ni la volonté, ni le courage, ni même l’espérance.

 

Je vais continuer à vivre donc. Je vais continuer à parler aux fleurs, aux pierres, aux oiseaux, aux chiens et aux chats, et aux quelques humains aux yeux tendres. Cela devrait rendre la vie possible.

"Et le plus simplement du monde il y aura

La jeunesse d’aimer et les yeux des pervenches

Des parfums plus profonds et des aubes plus blanches

Et le tendre infini dont m’entourent tes bras"

 

Disait toujours le même poète optimiste…

 

 

Et puis surtout…Je vais continuer de vous haïr.

 

 

 separateur-texte.gif

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

(1)    Louis Aragon – Le Fou d’Elsa

(2)    Charles Baudelaire – Au lecteur (Les fleurs du mal)

(3)    André Gide – Les nourritures terrestres

(4)     D’ailleurs, quelqu’un peut me dire à quoi sert cet autocollant ? Est-ce à dire que le chauffard moyen tentera avec plus d’insistance d’épargner la vie des occupants d’une voiture porteuse de ce signalement? Ou qu’il faut fait faire plus attention parce qu’il y a un petit d’homme ? Et que donc un homme, une femme, une grand-mère ou mon chat ne mérite pas les mêmes égards et peuvent donc être emboutis en toute sérénité ? Expliquez-moi !

(5)    Pierre Desproges Tribunal des flagrants délires. Réquisitoire contre François Béranger

 



12/10/2015
7 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres