Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

Le pangolin

Paris, mars 2020

 

 

« On croyait savoir tout sur l'amour depuis toujours… » (1).. euh… pardon

Je me suis trompé. Je recommence. Pouf, pouf….

 

On croyait savoir tout sur la malbouffe. Il était entendu que le grand danger, c’était le gras, le sucré, le salé. L’alcool. Le Mac Do ou le kebab. Notre mort programmée, c’était cholestérol, diabète et gamma GT. Tandis que notre salut, c’était le bio végan gluten free de proximité raisonnée avec des graines germées et des sacs en tissu.

Et puis paf. Voici que le monde tout entier est menacé à cause de quelques mangeurs de pangolin.

 

Il semble en effet que l’épidémie de Covid-19 soit lié cet animal : pour faire bref, un coronavirus de chauve-souris aurait été transmis à des pangolins chez qui il se serait transformé. Ou alors deux virus (de chauve-souris et de pangolin) se seraient recombinés entre eux, on ne sait pas trop. Mais il y a une chose sûre (comme dirait mon cordonnier) : dans certaines contrées reculées de la Chine, les soirées apéro-brochettes pangolin sont très à la mode, ce qui aurait favorisé la transmission de ce virus à l’homme par l’alimentation.

 

Mais, me direz-vous, qu’est-ce qu’un pangolin ?

Eh ben j’vais vous l’dire… (oui, je sais, j’imite vachement bien Nicolas Sarkozy).

 

Au départ, j’ai été tout étonné que des gens aient eu l’idée de manger des morceaux du dernier des Soubeyran. Mais si, souvenez-vous... Galinette….Daniel Auteuil, aux yeux de fou, qui courait à travers le massif de la Sainte Baume en criant «  Papé, Papé, la petiteu Manon, elleu meu met le feu à la garrigueu !! »…Et puis je me suis rendu compte que je confondais Pangolin et Ugolin. Le sot !!!

 

Non. Le pangolin, aussi appelé fourmilier écailleux, est un animal. Plus précisément un plantigrade myrmécophage édenté.

Plantigrade, c’est à dire qui marche sur la plante des pieds, comme les ratons laveurs, les lapins, les pandas, les blaireaux, et votre belle-mère.

Myrmécophage, c’est-à-dire qui se nourrit de fourmis. Comme… pas grand monde, en fait. Il s’en nourrit aisément car il possède une longue langue visqueuse (comme Harvey Weinstein) sur laquelle les insectes restent collés.

Et édenté, c’est-à-dire qui n’a pas de dents. Comme votre belle-mère ET Harvey Weinstein.

 

Il a un corps allongé et en grande partie recouvert d'écailles. En cas de danger, il peut dissimuler sa tête entre ses pattes avant et s'enrouler sur lui-même. Il contracte ses muscles, hérisse ses écailles qui se transforment alors en autant de petits poignards pouvant blesser l’attaquant. D’ailleurs son nom vient du malais pengguling , qui signifie « enrouleur ».

Et mine de rien, je viens de vous sortir d’une sacrée galère, car c’est qui qui aurait l’air nigaud en ne sachant pas dire « enrouleur » lors de votre prochaine conversation avec un Malaisien ? Hmmmm ???

 

Il est en voie de disparition, car il est chassé pour sa chair et pour ses écailles. Celles-ci ont en effet la réputation, en médecine traditionnelle chinoise, d’avoir des vertus curatives et aphrodisiaques.

En fait, elles sont principalement composées de kératine, et donc je vous conseille plutôt de manger vos cheveux et de vous ronger les ongles : ça vous évitera un long voyage et une chasse au pangolin dans les forêts tropicales d'Asie du Sud-Est, toujours aléatoire… Et sinon, prenez du Viagra, qui court quand-même nettement moins vite que le Pangolin.

 

L’animal n’est pas très beau. Selon Pierre Desproges, qui s’y connaissait quand même vachement en pangolin, il ressemble “ à un artichaut à l'envers prolongé d'une queue à la vue de laquelle on se prend à penser que le ridicule ne tue plus”. Bon, il s’en est excusé ensuite dans une chronique célèbre, mais bon (2)

Toujours selon Pierre Desproges, sa femelle s’appelle la pangoline.

Elle est très belle, elle : d’ailleurs c’est la magique beauté de son regard envoûtant qui lui fait parfois séduire une autre pangoline de ses amies… Ce sont ces amours saphiques troublantes qui, je crois, ont su inspirer à Antonio Vivaldi (1678-1741) son fameux « Concerto Pour 2 Pangolines en Sol Majeur - RV 532 que je vous recommande vivement d’écouter (3).

Ou alors je me trompe, mais ça m’étonnerait quand même beaucoup.

 

La femelle donne généralement naissance à un seul petit, dont les écailles sont molles à la naissance et durcissent après quelques jours. On peut penser que, lors de l’accouchement, maman pangolin apprécie grandement cette délicate attention de mère Nature.

Les petits s’appellent des pangolinets, ou des pangolinous. Ou des pangolinounets, on s’en fout. Personne ne les appelle. A part leur mère. D’ailleurs, qui d’autre voudrait appeler des petits pangolins, si ce n’est pour en faire des MacPangolin et les bouffer accompagnés de sauce Classic Barbecue ? Et on en revient au problème du début.

 

Ne mangez pas de pangolins. D’abord parce qu’ils sont en voie de disparition. Ensuite parce que nous ne sommes pas des barbares et que nous, nous contentons d’une nourriture « normale » : la cervelle, les tripes, les escargots, les anguilles, les cuisses de grenouille ou les amourettes (qui sont, comme chacun sait, des testicules de mouton).

Non, nous, nous ne sommes pas des barbares ; nous avons une attitude responsable.

Nous nous contentons de mettre en danger la survie de nos concitoyens en allant voter en pleine pandémie stade 3.

 

 

  1. Francis Cabrel Sarbacane (1989)
  2. https://youtu.be/l0NZUvJ7BCo
  3. https://www.youtube.com/watch?v=7jM9asI9rVY

 



19/03/2020
16 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 43 autres membres