Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

Enfumages

Paris, avril 2015

 

Paris est à nouveau pollué ces jours-ci …. Comme d’habitude, l’ennemi est désigné à la vindicte populaire..Haro sur la voiture !

 

L’Homo automobilus est décrit urbi et orbi comme un gros beauf dégénéré se vautrant sur les coussins luxueux de son 4X4 en asphyxiant sans vergogne les petits n’enfants et les vieillards cacochymes. Honte sur lui. Beurk.

Mais pourquoi cet individu s’obstine-t-il à user de ce moyen  de transport de prolo demeuré alors que « ma chère, le Vélib sur les quais, c’est juste divin au printemps, je ne comprends pas les gens qui se privent de ce plaisir, quôa !.. »

 

Passons brièvement sur le fait qu’une voiture est tout de même plus pratique qu’un Vélib pour amener votre voisine de 94 ans faire ses examens à l’hôpital, ou pour transporter échelle et boite à outils nécessaires aux menus travaux dont certains ont fait profession, les gueux !

L’ennemi, on vous le dit, c’est la voiture et principalement les moteurs Diesel et cela ne souffre aucune discussion. Donc après des années de promotion et de taxes réduites sur le Diesel, c’en est fini de ces engins dépassés. Exit. Kaput .Ringard. Dangereux, même.

 

Après avoir appliqué pendant des années une fiscalité réduite sur le fioul, ce qui avait conduit les animaux stupides que nous sommes à privilégier ce mode de propulsion, voici que tous nos décideurs tournent casaque en envisageant même pour certains (comme  Mâme la Maire de Paris, Anne Hidalgo) d’interdire carrément le moteur Diesel dans Paris à l’horizon 2020. Une des principales raisons évoquée pour cela : ces moteurs sont polluants. Les fameuses particules fines produites par ces moteurs (connues sous le joli nom de PM 10, pour « Particulate matter » de diamètre inférieur à 10 microns) sont dangereuses pour la santé et menace la délicate fraicheur de nos frêles poumons. C’est vrai.

 

Mais si on supprime les Diesels, aurons- nous donc enfin des levers de soleil radieux dans l’air pur et la scintillante rosée du matin ? Pas sûr, comme le montre ce schéma très officiel (issu du site de Airparif(1)) détaillant l’origine des PM10 présentes dans l’air de la capitale.

 

 

airparif4.gif

 

Source : Inventaire Airparif année de référence 2012

 

 

separateur-texte.gif

Que dit ce schéma ? Que 72% des émissions de PM 10 n’ont rien à voir avec les voitures.

Seuls 28% (en bleu  sur le schéma) sont émis par le trafic routier. Le chauffage des habitations en produit à peu près tout autant (26%). Bientôt, le chauffage alterné pour chaque côté de rue en cas de pic de pollution ?

La troisième cause (18%), c’est l’agriculture avec ses épandages agricoles (principalement dû à l’ammoniac). A égalité avec les chantiers et carrières, 18% également. Etonnant, non ?

 

Mieux, la part liée aux véhicules particulier diesels (que l’on désigne comme coupables) ne représente, elle, que 32% de ces 28 %. Donc au total (et vive la Mathématique !) les véhicules particuliers diesels sont responsables de 32x28 = 9% de l’ensemble des émissions des PM10.

C’est encore pire pour les bus et les cars de touristes roulant dans la capitale, première cible désignée de l’ire Hidalgienne : ces pelés, ces galeux sont responsables de 2% de ces 28% soit ….2x28 = 0.56% des PM10.

Le Diesel comme source principale de pollution ? Pour le moins douteux.

Cependant  il est vrai que la région parisienne a en effet connu un épisode de pollution sévère aux particules fines au mois de mars dernier, au cours duquel  l’interdiction de circuler pour la moitié des véhicules a été demandée (et obtenue). Pour un air plus pur ?

Penchons-nous sur les cartes décrivant la pollution sur le nord de la France ce jour-là (voir ci-dessous) : de Brest au land de Bade-Wurtemberg en Allemagne, même situation… Les diesels parisiens polluent vraiment beaucoup, non ?

 nordfrance.gif

 

 

Il semblerait plus judicieux, au vu de cette carte, de se pencher sur les nombreuses usines du Nord de la France, des bords du Rhin et des pays de l’Est…

 

separateur-texte.gif

 

 

Ce qui est certain, c’est que l’air parisien est pollué. Il nous faut privilégier les transports en commun.

Ben… euh… non : selon les relevés d'Airparif (encore eux), le réseau souterrain émet en moyenne trois à quatre fois plus de particules fines que l'anneau routier. Lors de mesures effectuées en juin 2009 au métro Faidherbe-Chaligny, riante station de l’Est parisien, les taux de PM10 sont en moyenne de 100 à 150 microgrammes (µg)/m3 pour les quais du métro contre environ 60 µg/m3 a l’extérieur…. 2 fois plus, donc ! (2)

Si vous regardez bien la carte ci-dessus représentant la situation de la France au 25 mars 2015 au plus fort de l’épisode de pollution, le maximum indiqué en rouge sombre/brun, représente « seulement »  60 µg/m3… je vous laisse imaginer les 150 µg du métro...qui présente donc en routine plus du double du plus fort de l’épisode de pollution du mois de mars. Allez zou, attention à la fermeture des portes.

Donc pas de métro non plus..

 

separateur-texte.gif

 

 

Mais alors que faire ? Nous voilà semblables à de pauvres papillons de nuit aveuglés par ces révélations,  voletant sans but dans les bourrasques du doute et de l’indécision. Que faire ?

Heureusement, nous pouvons faire confiance à nos avisés décideurs politiques.  Tournons-nous donc vers cette élite et les solutions alternatives qu’ils proposent. Principalement le nouveau Saint Graal, le nec plus ultra, LA solution : la  voiture électrique. Voilà un mode de déplacement non polluant qu’il nous faut promouvoir et utiliser, disent-ils ! Ecoutons Anne Hidalgo et ses amis « Verts »: « les propriétaires de véhicules électriques pourront prendre les couloirs de bus et recharger gratuitement la nuit sur les bornes installées par la Ville»(3)

Elle ne dit pas encore qu’on leur offrira des bouquets de fleurs, des repas gratuits, que les routes seront tapissées de pétales de roses devant ces heureux conducteurs, et que des masseuses Thaï feront patienter pendant le rechargement des batteries, mais patience…

 

10 000 euros de bonus sont même offerts si l’on se débarrasse de son vieux véhicule Diesel.

Mais bon, puisqu’on vous dit que la voiture électrique est « propre », « écologique », « non-polluante » « zéro émission »…

A l’endroit ou circule la voiture c’est vrai. Pas de bruit, pas de fumées… un rêve ?

Pour les « NIMBistes » que sont les bobos Parisiens, certainement. Adeptes du « Not In My Back Yard », c'est-à-dire « pas dans mon jardin ».Les NIMBistes, c’est ainsi que l’on appelle dans les pays anglo-saxons «des personnes qui veulent tirer profit des avantages d'une technologie moderne, mais qui refusent de subir dans leur environnement les nuisances liées aux infrastructures nécessaires à son installation »(4) 

Je crains qu’une fois de plus, ami lecteur, on nous prenne pour un demeuré apte à gober n’importe quel conte pour enfant sans réfléchir. Car pour consommer de l’électricité, il faut tout d’abord la produire. Ben oui, cela peut paraitre stupide mais j’ai l’impression qu’il est utile de rappeler que l’électricité ne sort pas toute seule des prises de courant. Si, si. Je vous assure. J’ai des preuves.

Petit rappel à l’attention des ardents écolos bobos adeptes de la voiture électrique : en France, voici comment on produit de l’électricité (5):

 

 

 origine elec.gif

Passons rapidement sur l’électricité produite par la combustion de fioul (en jaune, 1%), où là, on sombre dans l’aberration écologique et énergétique si on l’utilise pour faire rouler une voiture: on brûle du fioul, pour produire de l’électricité qui fournira de l’énergie pour une voiture. Beaucoup plus simple et efficace sur le plan du rendement énergétique de brûler le fioul directement dans la voiture, non ?

 

Passons également pudiquement sur l’électricité produite par le charbon (3.3%, en rouge). Pas certain qu’une centrale au charbon soit l’avenir en termes de lutte contre la pollution. Parlez-en aux Chinois, dont l’électricité est produite à 75% dans des centrales au charbon responsables en 2012 de 26 % du total mondial des émissions de CO2 par combustion et dont les grandes villes sont régulièrement envahies de nuages nauséabonds.

 

Non, concentrons-nous sur le sérieux : 79.3% de l’électricité produite en France est produite par l’énergie nucléaire. Grâce à cette énergie, et selon l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) (dans un rapport  qui compare véhicules électriques et véhicules thermiques) la voiture électrique produit moins de gaz à effet de serre. Si elle sort de l'usine en ayant émis à peu près deux fois plus de CO2 (du fait principalement de l'extraction des métaux qui composent la batterie), la voiture électrique rattrape assez vite son retard grâce…. à une électricité nucléaire peu ou pas émettrice de gaz à effet de serre. C’est vrai. Beaucoup moins de CO2 grâce aux centrales nucléaires.  Youpi. Plus de fumées. Les petits oiseaux chantent.

 

Mais pas mal de PM 10 quand même, causées par l’abrasion des routes, des pneus et des freins. Vous vous souvenez du schéma de début d’article ? Les moteurs diesels honnis étaient responsables de 32% des émissions de PM10 liées au trafic routier. L’abrasion, elle, est responsable de 41% de ces mêmes émissions et cette valeur est la même que la voiture soit électrique, à essence ou Diesel.

 

separateur-texte.gif

 

Et n’oublions pas surtout le principal : quelques déchets nucléaires, dont les fameux HAVL (Haute activité à vie longue), comme uranium 235, plutonium ou uranium 233, dont on ne sait pas quoi faire et qui vont nous embêter pendant les prochains 500 000 ans. Et qu’on envisage donc d’enfouir sous le sol de la Meuse, comme j’ai eu l’heur de vous le conter avec cette verve qui me caractérise dans l’article « Des lendemains radiants » disponible sur ce même blog.

Ben oui. Si je ne cite pas mes propres articles, qui le fera ? Je vous le demande.

Donc pas de pollution dans les belles rues de Paris…mais des contaminations autour des mines d’uranium (mais c’est à Arlit, au Niger, par exemple), des risques de rejets et pollution dans l’air et dans l’eau autour des centrales, (mais c’est dans les campagnes)  et production de déchets nucléaires entassés dans des sites de stockage situées en zones déshéritées très loin des centres urbains.

Passons sur l’extraction du lithium nécessaire aux batteries des véhicules électriques dans les mines d’Argentine(5) : corruption, trafic d’influence, conflits d’intérêt, pollution, épuisement des ressources en eau, exploitation de main d’œuvre non qualifiée… 

Paris rit et reste propre, l’Argentine pleure. Don’t cry for me, Argentina.

Roulez, roulez, petits bolides !

 

separateur-texte.gif

 

Se déplacer est un phénomène physique qui demande de l’énergie. Presque toutes les énergies sont polluantes. L’essence, le fioul, le charbon, le bois, le gaz polluent. Mais faire croire qu’un Diesel neuf et bien réglé est l’ennemi à abattre au profit de la voiture électrique nucléaire est – au mieux- une incompétence. Au pire, une malhonnêteté.

Comme le disent les écologistes (enfin ceux que le nucléaire préoccupe): « la voiture électrique n’est finalement qu’un outil de communication au service du lobby nucléaire. Une pompe à fric avant d’être "zéro émission " ! Une "atomobile" qui engendrera une accentuation des pointes de la consommation très carbonée tout en justifiant le programme nucléaire et ses déchets. » (7)

 

Enfumage, dites-vous ?

 

 

 

Bibliographie

 

1 http://www.airparif.asso.fr/pollution/air-et-climat

2 Campagne de mesure a la station de métro Faidherbe-Chaligny http://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/Rratp_20090701.pdf

3 Municipales de Paris - Anne Hidago mise sur la voiture électrique  http://www.avem.fr/actualite-municipales-de-paris-anne-hidago-mise-sur-la-voiture-electrique-4695.html

4 http://fr.wikipedia.org/wiki/Nimby

5 Information sur l'origine de l'électricité fournie par EDF http://fr.edf.com/autres-pages-53295.html

6 Corruption, pollution, consommation : les ravages du lithium en Argentine http://www.reporterre.net/Corruption-pollution-consommation

7 La voiture électrique… l’atomobile !  http://www.sortirdunucleaire.org/La-voiture-electrique-l-atomobile

 

 

 

 

 

 

 



13/04/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 27 autres membres