Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

Compatir, c'est mourir un peu

 Attention, un cadeau de Noël vous attend à la fin de cet article...mais chut !  

 

Paris, décembre 2017

 

 

Amis de la langue française, une grande nouvelle vous aura probablement échappé, trop occupés que vous étiez certainement à pleurer un rocker fraîchement décédé ou un académicien du même métal.

 

Mais pendant que vous vaquiez à vos deuils, la Commission d’Enrichissement de la Langue Française travaillait d’arrache-pied, avec l’Académie Française s’il vous plait, sur un nouveau « Vocabulaire des relations internationales ».

 

Le résultat des réflexions conjointes de ces sages a été publié au très sérieux Journal Officiel du 13 décembre 2017 (1). Il propose une traduction dans la langue de Molière et de mon boucher de certains termes utilisés dans le milieu cosmopolite des Affaires Étrangères, comme qui dirait un « dictionnaire diplomatique ».

 

Sans doute l’ardente urgence de cet ouvrage ne vous paraissait pas évidente, mais vous rendez-vous compte que vous auriez été incapables, avant cet opus, de traduire « snap-back » lors d’une discussion avec un ambassadeur ? Hmm ? Vous auriez eu l’air malin…

 

Oui, je sais, vous allez m’objecter que vous avez rarement l’occasion de partager des Ferrero Roche d’Or sous les lustres à facettes du Quai d’Orsay (cette allusion n’est compréhensible que par les quelques personnes surannées qui regardaient la télévision dans les années 90. Les autres, continuez sans faire attention. Vous ne saurez jamais ce que c’est que d’être gâtés par un ambassadeur)(2)

 

Mais si cela vous arrive un jour, vous saurez désormais que « snap-back » se traduit par « règle de caducité ». Bon d’accord, ce n’est pas beaucoup plus clair, mais c’est français, Monsieur.

 

Bon, je suis sympa, je vous explique, la règle de caducité est une « disposition exceptionnelle, mise en œuvre dans le cadre de l'Organisation des Nations unies, qui permet, quand une des parties ne respecte pas les engagements qu'elle a pris lors d'un accord, de revenir instantanément au statu quo ante. » Ah ben oui, ils ne veulent pas qu’on parle anglais, mais ils mettent du latin. Il parait que c’est plus clair.

 

Parmi les définitions présentes dans ce docte ouvrage, j’aime aussi beaucoup le terme de  « Politique de l’inaction » (autrement dit dans ma langue à moi le rien-foutrisme) ou de « Stratégie de présence minimale » (c’est-à-dire… le…oui, le rien-foutrisme aussi) que nos sages ont jugés nécessaires d’introduire pour qualifier certains aspects courageux de notre politique internationale qui consiste à ne surtout rien faire, mais diplomatiquement.

  

Et que dire du « apolaire », qui se dit d'une « «situation internationale dans laquelle aucun pays ou aucune alliance de pays ne dispose du poids nécessaire pour constituer un pôle dominant de pouvoir et de décision, à l'échelle planétaire ». Désormais, vous ne direz plus « La situation dans cette région du globe est un bordel sans nom », mais « cette conjoncture est véritablement apolaire ».

 

Passons également sur le terme de « revenant » recommandé pour designer le « citoyen qui revient dans son pays d'origine après avoir combattu dans les rangs d'une organisation terroriste à l'étranger ». Ca vous pose un petit côté Thriller de Michael Jackson à faire frissonner une directrice de cabinet.

 

Dans la même veine, une « action diplomatique menée sans intervention officielle directe » devient une « conduite en sous-main ». Moi, j’appelais ça une  « barbouzerie »…

 

 

https://static.blog4ever.com/2013/05/741914/artfichier_741914_3400960_201402052431824.gif

 

 

Attardons-nous plutôt si vous le voulez bien (enfin c’est une façon de parler. C’est moi qui écris, donc c’est moi qui décide sur quoi je m’attarde. Ben oui. C’est comme ça) attardons nous donc (je m’énerve, des fois, à m’interrompre moi-même sans cesse) sur le terme magnifique de « Saturation compassionnelle », qui définit selon ces sages un « épuisement de la capacité de compassion de l'opinion publique, qui survient quand on fait appel à elle de façon récurrente et insistante ».En anglais, « compassion fatigue », qui était assez clair également, je trouve.

 

Nous venions auparavant de voir deux définitions diplomatiques du « rien-foutrisme », voici une définition du plus subtil « rien à foutrisme ».

 

Prenez une situation qui soulève le cœur de l’honnête homme (ou de la femme. Ou de n’importe qui a un cœur. Moi, je ne veux pas d’ennui…). Au choix, la Shoah, les divers massacres de civils dans les guerres polymorphes sur cette bonne vieille terre, les enfants soldats d’Afrique, les réfugiés qui coulent en Méditerranée, l’élection de Miss France…. Les sujets ne manquent pas.

 

Parlez en ensuite de manière un peu insistante par le truchement de divers médias télévisés ou radiodiffusés. Enfin, quand je dis insistante…. Une fois de temps en temps, entre pubs et talk-shows (pardon.. entre pub et causeries télévisuelles dirait l’Académie,….)

 

Suffisamment en tout cas pour perturber la digestion du rôti dominical ou pour créer un vague sentiment de malaise sous la couette. Et hop « Saturation compassionnelle » : « Ils nous emm… avec la misère du monde. Au fait, on fait quoi, ce week-end ? On va chez ta mère ou quoi ? »

 

C’est comme une télécommande du cerveau. L’émotion nous dérange ? Hop ! Zappons ! Oui, le problème est toujours là, monstrueux, insupportable.

 

Mais désormais, il ne nous révolte plus. Il nous ennuie.

 

 

https://static.blog4ever.com/2013/05/741914/artfichier_741914_3400960_201402052431824.gif

 

Chamfort disait : « Où es-tu Manu Manuréva »….

 

Euh. pardon… Je crois que je me suis gouré de Chamfort. Ah oui. Celui là, c’est Alain.

Non. Nicolas de Chamfort, le célèbre moraliste du 18ème siècle donc, disait « En vivant et en voyant les hommes, il faut que le cœur se brise ou se bronze ».

 

Désormais, ne dites plus que vous vous désintéressez des blessures béantes du monde.

Dites que vous saturez compassionellement. C’est quand même plus chic.

 

 

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000036192492&categorieLien=id
  2. https://www.youtube.com/watch?v=j5d1qIDv4Jc

 

Noël, Noël.... C'est la magie de Noël...Et voici le cadeau !!
christmas-3019061__340.png

Nouveau ! Pour les flemmards, cet article est , pour la première fois sur ce blog, disponible en fichier audio ! Vous cliquez sur le lien en dessous, là , en bleu et hop ! une voix mélodieuse (enfin...) s'élève et vous enveloppe.

Ne me remerciez pas. C'est mon cadeau. Je suis comme ça!

 

Compatir--c--est-mourir-un-peu.m4a



20/12/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres