Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

Petit dictionnaire politique incomplet et inconvenant

Paris, novembre 2018

Normalement, après cela, je ne devrais plus avoir aucun ami politique

 

 

 

 

 

A

 

Apaisée : se dit d’une situation où les opposants ont enfin fermé leur caquet, où la bien-pensance (voir ce mot) a triomphé. Exemples :

-Circulation apaisée à Paris : trois vélos heureux sur une piste cyclable, des milliers de voitures dans des embouteillages apocalyptiques et une nuée de deux-roues motorisés pétaradants et fumants.

-Débat apaisé sur la PMA : tout individu ayant émis le plus léger doute sur les bienfaits de la PMA sans père s’est vu illico traité de facho homophobe raciste et réactionnaire faisant le jeu de l’extrême-droite, permettant ainsi de clore le débat.

-Laïcité apaisée : les partisans de la laïcité sont priés de se taire, de penser qu’il n‘est pas si grave que des femmes soient voilées et de manger halal dans les cantines sous peine d’être qualifiés de petits blancs colonialistes et islamophobes.

Citation : « La loi de 1905 sur la laïcité doit être apaisée » (Nicole Belloubet, ministre de la justice).

 

Argent : but ultime et base de notre civilisation. Savez-vous que l’homme sans argent, tel le poisson sans bicyclette, est ontologiquement inepte ? D’ailleurs, notre Président (qui en a gagné beaucoup) n’a-t-il pas successivement déclaré qu’il nous fallait « des jeunes français qui aient envie de devenir milliardaires » et que « le meilleur moyen de se payer un costard, c’est de travailler » ?

Attention néanmoins à ne pas confondre hâtivement les différents types d’argent et notamment :

-le pognon de dingue : ou minima sociaux qui permettent aux gueux de survivre sans se noyer totalement. Exemple : les 2.5 milliards d’euros de dépenses du minimum vieillesse

-la surtaxe injuste du capital : qu’il faut absolument supprimer car étant susceptible de faire fuir les investisseurs et les créateurs de richesse. Exemple : les 5 milliards d’euros de recettes de l’ISF (Impôt Sur la Fortune).

 

Assumer : emmerder. Oui, je sais, le mot n’est pas correct, mais la définition gagne ici en justesse ce qu’elle perd en politesse. La sémantique est rigoureusement identique, seule la structure de la phrase change : assumer est placé en début de phrase, alors que emmerder vient à la fin, dans une formulation interrogative.

- Emmanuel Macron (2018) : « J’assume parfaitement la hausse de la taxation sur le diesel »

Traduction : La hausse de la taxation sur le diesel ? Je vous emmerde…

-Jean-Marc Ayrault (2013) : « J’assume d'avoir été obligé d'augmenter les impôts »

Traduction : J’ai augmenté les impôts et je vous emmerde…

Permet de clore un débat d’une manière élégante et rapide.

A la fin,  le politique se voit généralement contraint d’assumer sa défaite. ("Je pars faire du pognon dans le privé et je vous emmerde").

 

Austérité : diminution des dépenses de l’Etat, en général accompagnée d’une augmentation des recettes (taxes et impôts).  Sa fonction principale est de « redresser l’économie ». A noter que les plans d’austérité qui se succèdent sans discontinuer depuis des décennies auraient dû rendre notre belle économie droite comme un cierge depuis belle lurette, ce qui ne semble pas être le cas.

Pour un ménage, réduire les dépenses et augmenter les recettes devrait normalement engendrer plus d’économies, ce qui n’est pas le cas ici : les gueux (par définition non-économistes) s’interrogent donc toujours sur le bien-fondé de cette doctrine.

 

 

 

 

B

 

Bien-pensance : pensée du peuple de gauche : pro-palestinien et donc volontiers tranquillement antisémite, le peuple de gauche bien-pensant est défenseur, mais de loin, des immigrés et des peuples opprimés, tant qu’ils restent majoritairement entassés dans les trois derniers arrondissements de Paris.

La majorité du peuple de gauche bien-pensant est en effet Parisienne et habite elle, de préférence, les quatre premiers arrondissements de la capitale.

 

Farouche partisan d’une ville apaisée, cycliste, féministe, gay friendly (pardon, LGBTQIA - lesbien, gay, bisexuel, transgenre, queer, intersexe ou asexuel - friendly), défenseur de la PMA, de la GPA et de l’écriture inclusive, il est un adepte intransigeant de l’écologie mais incapable de faire pousser un radis.

Il vote (à regret) régulièrement à droite pour éviter l’arrivée d’une autre droite au pouvoir.

Farouche défenseur d’une culture à laquelle l’immense majorité des français n’a pas accès. Il ne regarde jamais Hanouna, mais ne manque pas de critiquer par le détail le contenu de ses émissions dès la fin de celles-ci. A l’entendre, il suit en revanche régulièrement les  programmes d’Arte, ce qui explique la popularité et le chiffre incroyable de part d’audience de cette chaine : 2%.

Cette bien-pensance est élaborée principalement dans les colonnes de Télérama, du Monde et des Inrockuptibles, dont les numéros non-lus, sous enveloppes plastiques, s’entassent sur la table du salon du peuple de gauche.

 

 

 

 

C

 

Chômage : les politiques n’ont jamais bien évidemment connu la réalité de celui-ci. En revanche, ils en parlent très bien lors des meetings électoraux, et font semblant de lutter contre depuis 50 ans à grands renfort de gesticulations de leur longs bras gras et mous. En réalité, ils cultivent soigneusement cette situation qui permet à leurs amis premiers de cordée de disposer d‘une main-d’œuvre à bon marché et peu encline à la rébellion.

Il permet également de maintenir le reste de la population dans un état de dépendance aux indemnités et allocations diverses, également peu propice à la révolte.

Le parti des chômeurs représente de loin le premier parti de France, avec près de 6 millions de sympathisants, en constante augmentation.

Synonymes : dépression, misère, alcoolisme.

 

 

 

 

 

D

 

Droite : n’existe plus depuis 2017. A été remplacé à la fois par un « ni droite, ni gauche » de droite  et par le Parti Socialiste. Idéologie : néant.

 

 

 

 

 

E

 

Entendre les français : déclaration assez courante de nos dirigeants successifs qui confirment ainsi qu’ils sont équipés d’un système auditif en bon état, ne nécessitant pas l’intervention d’un audioprothésiste. N’en déplaise à Afflelou.

Le fonctionnement impeccable de l’ensemble (canal auditif, tympan, marteau, enclume, étrier et nerf auditif afférent) ne leur permet néanmoins toujours pas de nous écouter. Une connexion semble manquer vers l‘encéphale. (Voir, pour un sens similaire « Assumer »)

 

Extrême-droite : composée d’hommes et de femmes encore plus malhonnêtes, corrompus et opportunistes que les autres partis (si, c’est possible !!). Longtemps dirigée par un ancien militaire tortionnaire et millionnaire qui a réussi le tour de force de faire croire au peuple depuis son domaine de Montretout qu’il était à ses côtés. Selon la gauche, mène une politique populiste (c’est mal !), nationaliste (c’est mal aussi !) et torture régulièrement des chatons. A de toutes façons toujours tort, quoiqu’elle dise, même lorsqu’elle constate qu’il fait souvent beau en été sur la Côte d’Azur ou qu’il y aurait peut-être comme un léger problème de sécurité dans certaines banlieues. Ne survit que grâce à l’inexistence navrante d’une autre pensée politique construite.

Toute opinion un tantinet critique et lucide de nos institutions et de leur fonctionnement se verra rapidement  accusée de « faire le jeu de l’extrême droite » : celle-ci est donc très utile (et par conséquent soigneusement entretenue) aux autres partis pour se maintenir au pouvoir depuis les années Mitterrand (inventeur de ce système).

 

Extrême-gauche : éparpillée façon puzzle entre trotskistes, anarchistes, maoïstes, autonomes, antifas, les organisations d’extrême gauche ne représentent bien souvent que leur président et sa famille proche, du moins si l’on en croit leur nombre d’adhérents à jour de cotisation.

Facile à reconnaitre, car le nom des organisations d’extrême gauche contient toujours les termes Travailleur, Ouvrier, Front ou Communiste (plus rarement Anarchiste ou Libertaire).

A tendance à s’auto-diviser en groupes dissidents dès la fin de chaque réunion de cellule portant sur des sujets essentiels comme la féminisation des noms de métiers ou les rapports avec la Quatrième Internationale.

En général violemment antisémite, essentialiste et communautaire : le juif a tort, le noir est victime, le blanc se tait.

Jadis volontairement laïque et luttant ardemment contre l’église catholique, elle est devenue un fervent défenseur de l’Islam, pour d’obscures raisons de culpabilité coloniale et de résultats électoraux. 

Il est à noter qu’une partie de la gauche a suivi son mouvement.

 

 

 

 

G

 

Gauche : conglomérat de partis moribonds n’ayant à peu près rien de commun entre eux, à part une bien-pensance qui ravit encore dans quelques théâtres subventionnés de la rive gauche. La gauche à la mode se passionne désormais pour les conditions de vie dans la bande de Gaza et la réédition des œuvres de Louis-Ferdinand Céline plus que pour les conditions de vie des agriculteurs de Lozère par crainte du populisme. La gauche est un grand défenseur des aides diverses et des allocations familiales, mais est opposée à l’impôt, sauf pour les très riches de droite. (Les millionnaires de gauche, nombreux dans ses rangs, ne devant leur succès qu’à leur travail acharné en sont donc exemptés). Elle est soutenue par quelques journaux subventionnés aux propriétaires richissimes, ardents gardiens de la doctrine. Bien qu’allant de Jean-Luc Mélenchon à Pierre Moscovici, peine paradoxalement à être majoritaire.

 

Gauche de gouvernement : droite.

 

Gauche réaliste : droite.

 

 

 

 

L

 

Lutte des classes : vieux concept marxiste dépassé qui ose prétendre que le comportement des humains serait dicté par la classe sociale à laquelle ils appartiennent : les riches feraient tout ce qui est en leur pouvoir pour conserver et augmenter leur richesse, alors que les pauvres lutteraient de toutes leurs forces pour sortir de leur exploitation. C’est risible, et chaque jour qui passe montre bien combien Marx avait tort.

En effet, les riches ont gagné depuis longtemps.

 

 

 

 

M

 

Moderne, Jeune, Rajeunir, Dépoussiérer : éléments de langage plus spécifiquement Macroniens qui tentent de nous persuader que tout changement est par définition salutaire, et encore davantage s’il est porté par un jeune-qui-en-veut n’ayant de préférence aucune connaissance politique de terrain. En général employés par des individus aux prénoms ridicules (Pacôme, Albane ou Laurianne) dont le grand-père était tout juste né lors de la création de la Cinquième République, ignorants donc tout de ses fondements et pour cette raison prompts à bousculer cette vieille dame.

 

 

 

 

N

 

N.E.S (Nouvelle économie de service) : représentée par UberEats, Deliveroo, JustEat…Son fonctionnement est complexe mais peut être résumé ainsi: les villes sont habités par quantité de jeunes gens riches, fatigués de naissance et donc incapables de bouger leurs postérieurs épilés et parfumés ; ils se font alors livrer leurs repas vespéraux (poisson mort ou pizzas molles) par d’autres jeunes gens à vélo, africains eux, qui bossent comme des galériens pour quelques dizaines d’euros par jour. Ceux-ci, parfois, n’hésitent pas à sous-traiter leurs licences à des mineurs plus jeunes ou à des clandestins plus pauvres. A la fin, les jeunes riches vont tenter de perdre du poids en s’inscrivant à des tarifs prohibitifs dans des salles prévues à cet effet.

 

Ni droite, ni gauche : de droite.

 

 

 

 

P

 

Parti Communiste Français : parti fondé au départ sur une idéologie généreuse et fraternelle et qui connut, pour cette raison, une certaine ferveur dans les milieux ouvriers des années 50.

Ses défenseurs, pétris de bonnes intentions, se levaient aux aurores pour distribuer journaux et tracts sur les marchés de France. D’autres « collaient des affiches au mur du lendemain » comme disait joliment le chanteur (communiste) Jean Ferrat. Ils pensaient ainsi contribuer à l’avènement du bonheur terrestre.  Malheureusement, les diverses expériences destinées à installer des régimes communistes, menées sur de véritables spécimens de l’espèce humaine autour de la planète, ayant toutes lamentablement échouées et conduit à la mort de millions de ses adeptes, ce parti a pratiquement disparu en 2018.

Certains hardis explorateurs mentionnent cependant l’existence résiduelle de quelques individus communistes dans la capitale (certains auraient été entrevus au sein même de l’équipe municipale). Personnellement, je me refuse à y croire.

 

Parti Socialiste : Hi Hi Hi … Non… Rien….

 

Poésie : raison de vivre (n’a absolument rien à faire dans ce dictionnaire, mais j’ai bien le droit de me faire plaisir).

 

Pôle Emploi : espace (oui, on ne dit pas Service Public, ce n’est pas moderne) où d’anciens chômeurs dépressifs accueillent les actuels chômeurs dépressifs, dans un manque hurlant de moyens humains et matériels. C’est également l’endroit où l’on peut voir la cohorte des exclus du monde du travail en raison de leur difficulté avec l’informatique remplir leurs demandes d’emploi ou d’aides sociales sur des ordinateurs. On devrait graver au-dessus des portes des agences de France la célèbre devise de Dante « « Vous qui entrez ici, laissez toute espérance».

 

Populisme : se dit de toute doctrine ou de tout mode de gouvernement qui ose mettre le peuple (défini comme «ceux sur qui s’exerce le pouvoir ») au premier rang des préoccupations d’un Etat, devant les conflits du Moyen Orient, la guerre au Yémen ou la politique étrangère de Donald Trump. En général vivement condamné par les politiques, anciens élèves de Sciences Po ou de l’ENA et donc spécialistes du peuple.

Synonyme : esssstrêêêême droâââte, fachosphère…

Citation : "Le populisme n’est pas un mouvement populaire » (Dominique Reynié, professeur à Sciences Po).

 

Premier de cordée : généralement issu d’une bonne famille et d’un milieu aisé qui lui a permis d’investir une petite fortune sur une idée géniale (Food truck de choucroute Hawaïenne ou location de trottinettes nucléaires). Comme son nom l’indique et grâce aux salaires délirants versés à ses employés (avoisinant le prix mensuel de la location d’un studio à Paris) permet aux seconds de cordées (les gueux) de survivre et de remplir leur caddies chez Lidl. En ce sens, ils sont les bienfaiteurs de l’humanité et doivent être traités comme tels grâce à de larges subventions prélevées sur le dos des susdits gueux.

 

 

 

 

S

 

Sondages : strict équivalent politique de l’astrologie. Beaucoup de croyants pour un mensonge historique et démontré. Nourrit en revanche grassement ses gourous et leurs adeptes. Permet à quelques experts autoproclamés de se répandre en commentaires resplendissants d’incompétence dans les radios, télés et journaux divers.

 

 

 

 

V

 

23 mars 1983 : acte officiel de décès de la gauche Française, avec le tournant de la rigueur et de l’austérité décidée par François Mitterrand qui s’était fait élire deux ans plus tôt sur le programme inverse.

Au vu du nombre de tournants de la rigueur au cours de ces dernières années, on ne compte plus aujourd’hui le nombre de loopings, virages et circonvolutions qui ont dû nous ramener depuis longtemps et plusieurs fois à notre point de départ sans que l’on ne s’en rende compte..

Cette politique prétendue réaliste a en effet conduit à une réalité : selon l’observatoire des Inégalités « La France compte cinq millions de pauvres si l’on fixe le seuil de pauvreté à 50 % du niveau de vie médian  et 8,8 millions si l’on utilise le seuil à 60 %, selon l’Insee. Au cours des dix dernières années (2006-2016), le nombre de pauvres a augmenté de 630 000 au seuil à 50 % et de 820 000 au seuil à 60 %. »

Après 35 ans de mort cérébrale, les tentatives de réanimation de cette gauche ont été abandonnées par la majorité des français et le décès constaté.



13/11/2018
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres