Les étoiles dans le caniveau

Les étoiles dans le caniveau

En Coran colère

Paris, mai 2016

 

 

 

 

Il faut que je vous avoue une chose : l’islam m’emmerde. Ca y est, c’est dit !

 

Ne criez pas … Entendons-nous bien : je n’ai rien contre mes amis du Maghreb, du Mali  ou d’ailleurs … La religion Islam m’emmerde. Et pour être complet, le catholicisme tout autant, et le judaïsme à peine moins !

 

Pouvez-vous me comprendre ? Je suis athée.

 

Il y a des chrétiens, catholiques, orthodoxes ou protestants. Il y a des juifs. Il y a des musulmans. Il existe des bouddhistes, des hindouistes, des animistes…

Il y a des jésuites, des islamologues, des théologiens, des cardinaux, des imams, des rabbins, des grands muftis, des médiums…

Il y a des musulmans féministes, des juifs antisionistes et même des chrétiens de gauche…

Il y a des monothéistes, des théistes, des déistes, des polythéistes. Il y a des panthéistes…

 

Il y a des agnostiques, des qui doutent, des qui s’interrogent, qui hésitent, des qui ne savent pas, des qui ne savent pas s’ils croient, des qui croient qu’ils savent, des qui voudraient croire…

 

Et puis il y a des athées. A.T.H.E.E.S.

 

De « a » privatif et « θεός, theós » dieu. « Personne qui ne reconnaît pas dieu ou nie l'existence de dieu ».

J’appartiens à ce groupe : en ce qui me concerne, je réponds même à la première partie de la définition : Ce n’est pas que je nie dieu ou que je sois « contre » dieu…. Je ne reconnais ni ne conçois cette pure création du cerveau humain. Exactement comme pour les fantômes, les vampires, les korrigans, la petite souris ou les extraterrestres.

 

Et encore j’ai un doute pour les extra terrestres. Et pour la petite souris.

 

Rien que le mot athée est une incohérence : «ne pas croire à  quelque chose qui n’existe pas ». Est-ce qu’on doit se définir comme a-licorne si on ne croit pas aux licornes ? Je l’affirme : je suis aussi anhydre : je ne crois pas à la mythologie grecque de l’hydre de Lerne…

 

Dois- je vraiment me définir par une double négation, qui s’annule pour devenir positive comme dirait un mathématicien ?

Je ne conçois pas dieu. C’est plutôt simple non ? Dieu n’a aucune place dans ma vision de l’univers, de la vie, de l’amour et des relations entre les gens. Son concept m’est étranger, sa nécessité un mystère et surtout, surtout… les discussions le concernant m’ennuient.

 

Quand on m’interroge sur la création de l’Univers ou le sens de la vie, je réponds : « Je ne sais pas ».

 

Je ne sais pas… c’est simple, non ?

Comme répondait un homme préhistorique quand on l’interrogeait sur le système solaire

Un homme du Moyen Age quand on l’interrogeait sur la cause de la peste

Un homme de la Renaissance quand on lui parlait d’électricité

Un homme du XIXème siècle quand on lui parlait de télévision

Un homme d’aujourd’hui quand on lui parle du vaccin anti Ebola ou des extra-terrestres.

 

Quand à la vie après la mort, puisque cela semble une autre motivation à l’ardente nécessité d’un dieu, je sais qu’elle ressemblera en tous points à la vie avant la naissance : un ensemble d’atomes désordonnés voletant dans l’air. Et oui, cette conscience peut être angoissante, mais se créer un ami imaginaire n’y changera rien. D’ailleurs, souvenez-vous que nous naissons tous athées.

Ce n’est qu’après que notre famille, ou la société, ou nos ennemis ou notre peur, nous nomment ou nous construisent croyants.

 

Je ne vois pas la nécessité de créer cette idée de dieu. Elle n’a rien à faire dans ma construction intellectuelle. Elle n’explique rien, ne justifie rien, elle ne me rassure pas…Je n’en éprouve pas le besoin.

 

Voila, je crois que cela résume tout : JE N’EN AI PAS BESOIN !

 

separateur-texte.gif

 

Secondairement, mais secondairement uniquement, je considère cette idée de dieu comme incohérente, à la limite du cliniquement délirant, et difficilement justifiable par la raison raisonnante. Et l’un des mots qui me fait le plus rire dans la langue française est le mot de « théologie ». « Science de dieu » .L’oxymore en seul mot, ultime, encore plus parfait qu’un « socialiste de gauche »  ou que « cette obscure clarté » qui tombe des étoiles, comme chacun sait… 

 

Donc vous comprendrez que l’avis du pape sur le mariage gay ou la contraception, ou celui de la grande mosquée sur le port du voile m’intéresse autant qu’un colloque sur les apparitions des fantômes écossais au XIXème siècle ou un débat sur l’histoire du père Noël.

 

Mais comme quelqu’un a pu dire récemment : « "Dieu, je m'en fous. C'est son personnel au sol qui m'emmerde!"(1)

 

Les religions (toutes les religions) n’ont apporté au cours des siècles qu’intolérance, tortures, massacres, inquisition, croisades, exclusions, guerres, refoulement, régression, conditionnement, interdictions, tabous et névroses.

 

Depuis des années, nous luttons contre l’église catholique pour qu’elle nous lâche enfin sur le mariage obligatoire, le divorce, le port du préservatif…pour que les curés s’arrêtent enfin de donner leur avis sur tout et d’interférer à chaque instant avec nos vies quotidiennes. Nous avons voulu redevenir maitres de nos destinées et de notre morale : nous commencions à peine à entrevoir un début de calme, avec le pape et sa clique renvoyés dans leurs cellules du Vatican, à discuter du sexe des anges. On n’a vraiment pas envie de recommencer, mais s’il le faut, soyez assurés que nous serons là. Nous sommes entrainés et décidés.

 

Nous savons que vos religions et vos croyances sont solubles dans le temps qui passe, la démocratie, l’éducation, la culture et l’avancée des sciences.

 

Alors soyez gentils…. Arrêtez vos articles sur le Conseil Français du Culte Musulman ou le Collectif contre l’Islamophobie en France,  vos débats radiophoniques sur la place du voile et vos émissions sur la nourriture halal.

 

Je m’en fous. Intensément, profondément et définitivement.

 

Relisez le sens du mot laïcité : priez, agenouillez-vous, prosternez-vous, psalmodiez, chantez, discutez, argumentez mais de grâce….chez vous. Arrêtez de polluer l’air que je respire et l’intégralité des radios, journaux, livres, (sans parler de la politique) avec cette omniprésence de vos dieux polymorphes et de vos discussions stériles. Pouvez-vous comprendre ce qu’il y a d’insupportable à entendre une secte monopoliser l’attention et les débats sur la meilleure manière d’intégrer dans une société moderne des croyances en des êtres fictifs et les rites qui vont avec ?

 

Votre prosélytisme me hérisse. Est-ce que je vous agresse en portant ostensiblement un T-shirt : « DIEU EST MORT » ?  Est-ce que je hurle tous les dimanches ou 5 fois par jour urbi et orbi que « Lourdes a la même direction que le cirque Pinder(2) ? »

 

Mon athéisme est discret (bon à part ici…). Soyez-le aussi.

 

Je vous en veux de me donner cette impression de revenir 100 ans en arrière et d’avoir tout à recommencer. Je vous en veux même d’avoir à écrire un texte sur ce qui ne devrait pas être un sujet.

 

Je ne veux plus vous entendre.

 

En revanche je vous préviens, ne touchez pas :

 

à notre Liberté de vivre et d’aimer qui on veut

à notre Egalité des droits entre homme et femme

À notre Fraternité au delà de nos croyances, de notre couleur ou de notre nationalité

Ou je vous emmerde avec des études comparatives sur le choix de la meilleure race de rennes pour tirer le traineau du Père Noël.

 separateur-texte.gif

 

Bibliographie (courte !)

 

1 Twitter, @nicole_chn

2 Jean Yanne –Je vais m’en farcir quelques uns -Pensées, répliques, textes et anecdotes



22/05/2016
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres